Archives de catégorie : Yang & Tung

Le Long enchaînement

Le long enchaînement lent Yang

L’enchaînement lent style Yang, famille Tung, le souvent appelé ” long enchaînement ” est une compilation de 39 mouvements différents, certains répétés plusieurs fois. Selon la façon de compter la totalité des mouvements, cet enchainement est aussi nommé le ” 108 “, le ” 89 ” ou le ” 81 mouvements “.

Le long enchaînement se décompose en trois parties : la Terre, l’Homme et le Ciel. Quand on enchaîne, les parties et les mouvements ne se séparent pas les uns des autres car au contraire, l’enchaînement est à concevoir comme un seul et même mouvement fluide qui ne s’arrêterait pas dans sa progression. Il s’agit, selon une formule chinoise, de dérouler une pelote de fil. Quand on déroule la bobine, celle-ci tourne toujours, et sans à-coup.

L’enchaînement lent peut s’exécuter aussi bien en 30 minutes qu’en une durée plus longue selon la vitesse décidée. Plus on va lentement, plus on peut prendre conscience de ses mouvements, se relâcher, et travailler sur le mouvement du centre, l’équilibre, le placement du corps, et la respiration.

Noms des mouvements de l’enchaînement long lent

Première Partie : TERRE

1. Position préparatoire
2. Ouverture
3. Mouvement de départ
4. Etreindre la queue du paon
5. Simple fouet
6. Rapprocher les mains
7. La grue blanche déploie ses ailes
8. Brosser le genou gauche et pousser
9. Joueur de la pipa
10. Brosser le genou gauche et pousser
11. Brosser le genou droit et pousser
12. Brosser le genou gauche et pousser
13. Joueur de la pipa
14. Brosser le genou gauche et pousser
15. Faire un pas en avant et donner un coup de poing
16. Se retirer et sceller
17. Croiser les mains / fermeture en apparence

Deuxième Partie : HOMME

18. Porter le tigre et retourner à la montagne
19. Etreindre la queue du paon
20. Simple fouet horizontal
21. Poing sous le coude
22. Repousser le singe / droite
23. Repousser le singe / gauche
24. Repousser le singe / droite
25. Vol en diagonale
26. Rapprocher les mains
27. La grue blanche déploie ses ailes
28. Brosser le genou gauche et pousser
29. Chercher l’aiguille au fond de la mer
30. Elever les bras et pousser / éventail
31. Poing près de la taille
32. Un pas en avant et donner un coup de poing
33. Etreindre la queue du paon
34. Simple fouet
35. Mains nuages / droite et gauche
36. Mains nuages / droite et gauche
37. Simple fouet
38. Caresser l’encolure du cheval
39. Coup de pied sur le côté droit / séparer
40. Coup de pied sur le côté gauche / séparer
41. Tourner et coup de pied gauche
42. Brosser le genou gauche et pousser
43. Brosser le genou droit et pousser
44. Donner un coup de poing vers le bas
45. Poing près de la taille
46. Pas en avant et coup de poing
47. Coup de talon droit
48. Frapper le tigre à gauche
49. Frapper le tigre à droite
50. Se retirer et coup de pied droit
51. Double spire à travers les oreilles
52. Coup de talon gauche
53. Tourner et donner un coup de pied droit
54. Pas en avant et coup de poing
55. Se retirer et sceller
56. Croiser les mains / fermeture en apparence

Troisième Partie : CIEL

57. Porter le tigre et retourner à la montagne
58. Etreindre la queue du paon
59. Simple fouet en diagonal
60. Cheval sauvage sépare sa crinière / droite
61. Cheval sauvage sépare sa crinière / gauche
62. Cheval sauvage sépare sa crinière / droite
63. Etreindre la queue du paon
64. Simple fouet
65. Belle dame à la navette tisse les quatre coins de l’espace
66. Belle dame à la navette tisse / 2ème
67. Belle dame à la navette tisse / 3ème
68. Belle dame à la navette tisse /4ème
69. Eteindre la queue du paon
70. Simple fouet
71. Mains nuages / droite et gauche
72. Mains nuages / droite et gauche
73. Simplet fouet
74. Serpent qui rampe
75. Coq doré se tient sur une patte (gauche)
76. Coq doré se tient sur une patte (droite)
77. Repousser le singe / droite
78. Repousser le singe / gauche
79. Repousser le singe / droite
80. Vol en diagonale
81. Rapprocher les mains
82. La grue blanche déploie ses ailes
83. Brosser le genou à gauche et pousser
84. Aiguille au fond de la mer
85. Elever les bras et pousser / éventail
86. Poing près de la taille
87. Serpent blanc darde sa langue
88. Caresser l’encolure du cheval
89. Pas en avant et coup de poing
90. Etreindre la queue du paon
91. Simple fouet
92. Mains nuages / droite et gauche
93. Mains nuages / droite et gauche
94. Simple fouet
95. Caresser l’encolure du cheval
96. Main qui perce
97. Tourner et coup de talon droit
98. Coup de poing à l’aine ;
99. Etreindre la queue du paon, avec petits pas
100. Simple fouet
101. Serpent qui rampe
102. Poing croisé des 7 étoiles
103. Pas en arrière et enjamber le tigre
104. Tourner et coup de pied frappé / balayer le lotus
105. Bander l’arc et décocher sur le tigre
106. Pas en avant et coup de poing
107. Se retirer et sceller
108. Croiser les mains / fermeture finale

Les vidéos des enchaînements

Les vidéos des enchaînements sont à la fois la mémoire des trajectoires et la trace que les hommes inscrivent dans la poussière de l’histoire. Elles sont des pistes de lecture et de compréhension des fondamentaux techniques à partir desquels s’organise et se réalise le mouvement énergétique : enracinement, assise, verticalité, fluidité, rondeurs, alternances …

Vidéos introuvables sur la toile il y a encore quelques années, nous avons la chance d’avoir à disposition des séquences réalisées par les membres de la lignée ” Tung “, également orthographié ” Dong ” depuis l’adoption de la simplification ” pinyin ” de l’écriture en 1956.

Maître Yang Chengfu est le ” compilateur ” du grand enchaînement 108 Yang (” Yang ” de maître Yang et non de YinYang !). ” Yang Chengfu a eu sous sa férule de nombreux étudiants. Maître Tung Ying Jie (ou Ying Chieh), qui avait d’abord étudié le style Wu / Hao, fut son élève pendant vingt ans et son disciple jusqu’à la fin. Il est à même d’en avoir recueilli la ” substantifique moelle ” ! C’est pourquoi son enseignement nous reste si précieux…La transmission de la lignée familiale Tung s’effectue ensuite par son fils Maître Tung Huling et Maître Tung Kai Ying son petit fils.

Chacun a développé une compréhension personnelle de la pratique sans déroger aux principes techniques fondamentaux et premiers de Yang Chengfu, et à l’esprit qu’il a lui-même voulu transmettre autour de ces principes. ” L’esprit est un, les styles sont différents “.

Et de se souvenir :

” Le Taiji ne se réduit pas à des positions isolées, pas plus qu’une rivière ne se réduit aux gouttes d’eaux. C’est pourquoi il est comme un fleuve, énergie en mouvement qui coule légèrement et constamment. “

Six points essentiels pour pratiquer le taiji quan

Chacun de ces points essentiels est commenté par des expressions
comportant chacune quatre caractères en chinois, ce sont des formules parfois extraites d’anciens traités, formant ainsi des petites maximes faciles à retenir. Toutefois, leur expression très condensée en rend une traduction littérale difficile.


Calme, sérénité

• Avec l’esprit réceptif, placer l’énergie interne au sommet de la tête,
• Et le souffle descendra dans le “champ de cinabre”.
(Placer la respiration dans la région abdominale.)
• Contenir la puissance spirituelle à l’intérieur.
(On ne la montre pas à l’adversaire)
• Respirer naturellement


Décontraction

• Tout le corps doit être décontracté,
• Ainsi la circulation d’influx le long des méridiens se fait librement.
• La décontraction ouvre la porte de la souplesse.
• Avec la pratique, la souplesse devient fermeté.


Rectitude

• Abaisser les épaules, laisser tomber les coudes.
• Rentrer la poitrine, étirer le dos vers le haut.
• La colonne vertébrale doit être bien droite.
• Décontracter la région lombaire, contenir les fesses.


Lenteur

• C’est l’esprit qui met en mouvement son influx vital,
• Cet influx irrigue tout le corps.
• Avec la lenteur dont on use pour dévider un cocon du ver à soie.
• Avancer avec la démarche d’un chat.


Régularité

• La vitesse doit être régulière.
• Parties supérieures et inférieures se suivent les unes les autres.
• Rondeur et mobilité des gestes qui s’enchaînent de façon continue,
• Sans coupures et sans heurts.


Stabilité

• La région lombaire sert de pivot.
• Distinguer clairement parties vides
(au repos)
et parties pleines
(toniques)
• De la légèreté, mais sans flottement.
• De la stabilité, mais sans rigidité.

6PtsPratiqueTaichi

Conseil du Maitre Tung Ying Jié (Tung Ying Chieh)

MasterTungYingJie

Grand Master Tung Ying Jié (1897-1961) parle par expérience
Extraits du Livre Rouge de la famille Tung

 

Le Taichi Chuan doit être appris lentement, un mouvement à chaque fois. Après un certain temps, l’apprentissage sera plus facile. Parfois, un élève se sent bon au début. Puis après quelques mois, il peut avoir avoir l’impression de ne plus s’améliorer, et commencer à perdre patience. Ayez conscience que c’est aussi un signe de progrès. Soyez patient et travaillez sans y penser. Les débutants passent par de nombreuses étapes, laissez chaque étape être une expérience d’apprentissage…Les débutants ne doivent pas s’inquiéter des douleurs. Elles sont normales. Se relaxer diminuera les douleurs et une pratique régulière donnera légèreté et rapidité. Finalement, l’esprit augmentera et le Qi infiltrera le corps. N’abandonnez pas…Avant d’apprendre le TaiChi, les méridiens sont bloqués, les ligaments sont tendus et courts, tandis que l’énergie est bloquée dans les épaules. Avec la pratique, la circulation augmentera dans les méridiens et les tendons se relâcheront et s’étireront. L’énergie bougera des épaules vers les bras, puis des bras vers les poignets, vers les paumes et les doigts…Le Taichi peut éviter les maladies. Avec une pratique régulière, quelque soit l’âge, chacun peut avoir une bonne santé. Avec une pratique assidue, les problèmes d’insomnies, d’hypertension, de maux d’estomac , de respiration, de maux de rein et d’anémie disparaîtront. Même les déformations de la colonne vertébrale, peuvent être corrigés par le TaiChi.Le Taichi est une nourriture pour le corps. Les humains sont des êtres en mouvements, et les mouvements sont essentiels pour notre santé et notre bien-être. Le TaiChi est le mouvement parfait, c’est un exercice qui suit les principes de la nature et utilise les lois de la physiologie.
Dans la première posture de la forme (posture de préparation), les mains pendent des bras, les jambes sont droites et tout le corps est détendu. Les pensées doivent être rassemblées et concentrées. Vous devez déposer tous les soucis que vous portez et essayer d’être relaxé. Calmez votre coeur et reposez votre esprit. Quand ce stade a été atteint, vous pouvez commencer votre forme. Une fois la pratique commencée, bougez tout à la fois. Même les tendons et les os sont utilisés à chaque mouvement. Les épaules doivent être relaxées tandis que les coudes sont baissés sans utiliser de force…
Gardez le coccyx droit et redressez légèrement la tête…. La colonne vertébrale et le coccyx doivent être droits et centrés…Dans le Taichi, tout le corps doit être détendu et doux Trop de force physique ralentira l’amélioration. Il est meilleur d’abandonner une énergie rigide et d’être toujours naturel et détendu… Avec une pratique douce, la force physique se changera en puissance interne…Quand la forme est familière, vous commencez à comprendre l’énergie. De la compréhension de l’énergie, vous atteindrez la compréhension ultime du TaiChi. Quand vous apprenez le TaiChi, apprenez d’abord correctement les postures, puis pratiquez pour devenir fluide. Beaucoup de pratiquant peuvent discourir de façon bien informée, mais ne sont pas capable d’appliquer la théorie à leur pratique. Ce n’est pas de la vraie compréhension. Apprendre leTaiChi, c’ est comme la petite graine qui devient un arbre gigantesque… Pour être bon, l’énergie doit être comprise. Pour comprendre l’énergie, pratiquez. Le sens de l’apprentissage ne peut être changé.Avec la pratique, le Qi circulera en profondeur dans les méridiens. L’énergie va dans les mains en relaxant les épaules et en laissant tomber les coudes. Il ne doit y avoir aucune tension dans les épaules. La légèreté est atteinte en bougeant prestement et en étant conscient. Bouger comme si l’on marchait dans la boue (collé, maladroit) conduira à des blocages, des déséquilibres, et des raideurs. Apprendre ces principes au travers de la pratique, plutôt qu’en lisant ou en écoutant à ce sujet, conduira au progrès…La respiration doit être naturelle, jamais forcée pour être plus longue ou profonde. Avec une pratique régulière, la respiration s’adaptera naturellement aux mouvements. Une respiration forcée produira plus de mal que de bien.Pratiquez comme si chaque mouvement devait être utilisé contre un adversaire. Cela amènera une meilleure compréhension de l’énergie…

Le Taichi peut être pratiqué pendant la marche, debout ou couché. Utilisez toujours les principes du Taichi et travailler le Taichi dans chaque situation. Par exemple, essayez d’attraper une tasse ou un verre avec beaucoup d’énergie et avec très peu. Soyez attentif quand vous marchez. Vos pas sont-ils lourds ou légers ? Comparez être debout avec les genoux verrouillés et puis pliés avec les hanches relaxées ou sur un pied par rapport à sur deux pieds. Ce sont toutes d’excellentes expériences d’apprentissage.

La plupart des gens voit le TaiChi comme un exercice et néglige son coté martial. Le TaiChi est une excellente forme d’exercices mais chaque posture est basée sur une application. Apprenez chaque posture correctement et pratiquez les, basées sur chaque application, pour atteindre une plus grande compréhension…

En tant qu’artiste martial, soyez toujours aimable et honnête. Les étudiants doivent respecter leurs maîtres et se dédier à leur art. Appréciez l’enseignement de votre maître. Préservez-le et transmettez-le. C’est la façon chinoise traditionnelle. Comprenez cela pour apprendre le vrai Gongfu, parce que c’est la nature de l’univers.

Extraits du Livre Rouge de GMaster Tung Ying Jié ( 1897-1961 ).